Accueil / Actus Humour Lyon / Le jeune Alex Ramires devient grand !
Le jeune Alex Ramires devient grand !
© DR

Le jeune Alex Ramires devient grand !

L’humoriste de 24 ans, Alex Ramires, nous avait bluffé dans son premier spectacle, Serial Lover. Il revient jusqu’au 14 mai au Complexe du Rire de Lyon avec son nouveau one man show intitulé Alex Ramires est un grand garçon avant de partir pour le Festival Off d’Avignon, s’il réussit à récolter le reste de la somme nécessaire à sa participation. Entretien avec ce jeune talent qui veut  !

Youhumour : Tu joues ton spectacle Alex Ramires est un grand garçon jusqu’au 14 mai au Complexe du Rire. Depuis quand joues-tu ce nouveau spectacle ?

Alex Ramires : Alex Ramires est un grand garçon, je l’ai écrit en septembre 2013 et je le joue depuis fin novembre. Il y a eu un premier One Man Show qui s’appelait « Serial Lover », et lui était vraiment différent. C’était un spectacle, co-écrit avec Jocelyn Flipo, avec lequel j’ai fait deux fois Avignon. Maintenant, il y a le nouveau, Alex Ramires est un grand garçon qui va bientôt devenir Alex Ramires fait sa crise.

YH : Qu’est-ce que raconte ce one man show ?

AR : Alex Ramires est un grand garçon ou Alex Ramires fait sa crise, c’est moi qui l’ai écrit tout seul donc c’est vraiment plus personnel. Je n’avais pas envie d’y raconter les mêmes choses que quand j’avais 19 ans, maintenant j’en ai 24. Justement, j’approche le quart de siècle et il y a vraiment un aspect sur le temps qui passe. Il n’y a pas d’âge pour faire sa crise quoi ! Dans notre tête, on a rarement l’âge qu’on a réellement. « Serial Lover » parlait peut-être plus des séries télé. Et là, je parle de l’enfance avec un regard totalement désabusé, notamment quand je parle des publicités qu’on regardait quand on était gamin. Ca parle des jouets, de la cour de récrée que je compare à une jungle et où chaque type de gamin est un type d’animal. Il y a pas mal de stand-up sur le temps qui passe ou encore sur ma peur d’être en couple. Et puis il y a aussi des sketchs avec des personnages assez hauts en couleur comme un gars qui veut devenir une star de la télé-réalité, une vieille dame qui garde des enfants de manière totalement irresponsable, une tatie toujours bourrée avec sa clope au bec mais aussi un sketch sur les méfaits de l’alcool, sur tous les types de gars bourrés que tu peux voir en soirée. C’est une sorte de bilan sur le quotidien. Est-ce que c’était mieux quand on était gamin ? Peut-être pas !

© DR

© DR

YH : Pour toi, que représente cette salle du Complexe du Rire ?

AR : Le Complexe du rire est une salle super symbolique pour moi parce que c’est là que j’ai fait ma toute première date de la première version de « Serial lover », le 10 novembre 2009. C’est là que j’ai commencé, c’est le premier café théâtre qui m’a fait confiance. Et puis je suis lyonnais donc c’est vraiment chez moi quoi. Je les remercie de m’avoir programmé plusieurs fois et de continuer à me faire confiance !

YH : C’est important pour toi de jouer à Lyon ?

AR : Oui ! Comme Alex Ramires est un grand garçon est tout récent, je le rode à Lyon parce qu’il y a plein de cafés théâtres. J’ai joué pas mal au Boui-Boui où je vais d’ailleurs retourner de septembre à décembre pour finir de le roder et après, je vais m’orienter vers Paris en 2015. A Lyon, ce qui est super c’est qu’il y a beaucoup de cafés théâtres qui font confiance aux artistes. Je trouve ça génial !

YH : Pour financer ta participation au Festival OFF d’Avignon, tu as recours à Ulule, un site de financement participatif. Peux-tu nous dire où ça en est ?

AR : Alors, il reste 21 jours pour récolter le reste de l’argent, j’en suis à 57%. Il suffit que les gens aillent sur le site ulule.com/alex-ramires/. Le lien est sur ma page Facebook. Si je n’ai pas tout l’argent le Jour J, je perdrai tout. A ce propos, le 22 juin, à 17h, au café théâtre Les Tontons Flingueurs, j’organise une soirée « spéciale soutient » un peu semblable à un téléthon (rire) où je vais jouer de nouveaux sketchs que je viens d’écrire, notamment quelques uns avec une autre comédienne. Il y aura aussi en concert et ça finira surement en soirée.

YH : Quels artistes t’ont inspirés ?

AR : Celle qui m’a donné envie de faire de l’humour c’est Muriel Robin. Elle me fait vraiment rire mais je ne peux pas dire que j’ai le même style d’humour qu’elle. Je m’inspire rarement d’humoriste, après j’aime la façon de jouer de Florence Foresti. J’aime les personnages très marqués d’Elie Semoun et de François-Xavier Demaison aussi.

YH : Beaucoup t’ont comparé à Jim Carrey dans ta gestuel. Qu’en penses-tu ?

AR : Ca c’était vraiment propre à mon premier spectacle qui était beaucoup moins écrit, il devait tenir sur 6 pages, il y avait surtout du jeu corporel. Dans le deuxième spectacle, ça parle plus, j’ai beaucoup plus écrit, il y a plus de sketchs. Mais bon, je ne peux pas m’empêcher de jouer avec mon corps. Ca sera quand même très visuel, bondissant, ça va danser, chanter. Les personnages caricaturaux que je j’interprète s’y prêtent.

© DR

© DR

YH : Est-ce que ton spectacle va connaître beaucoup de changements pour Avignon ?

AR : En fait, le spectacle va changer jusqu’à ma fin de programmation au Complexe du Rire, pour que je n’ai pas à y retoucher pendant le Festival. Par exemple, aujourd’hui, il y a deux sketchs dans mon spectacle qui n’y étaient pas il y a 4 mois. On va dire que Alex Ramires est un grand garçon était le brouillon de Alex Ramires fait sa crise. Alex Ramires fait sa crise c’est vraiment symbolique parce que ça ne parle pas que de l’enfance et faire sa crise c’est vraiment ça : faire une de crise foie, sa crise d’ado, sa crise de la trentaine, de la quarantaine, etc… Je passe pas mal de coups de gueules, je m’énerve pour rien, je m’attaque à des choses très futiles comme les films d’horreurs qui se ressemblent tous, ou encore les filles qui se font le contour des lèvres. Serial Lover était un super one man qui m’a permis de faire plein de festivals, d’en gagner, de découvrir tout ce milieu et de voir ce que je voulais faire et ce que je ne voulais pas faire. Alex Ramires fait sa crise est vraiment le one man show avec lequel j’ai envie de me faire connaître.

YH : Es-tu intéressé par le fait de réaliser des vidéos sur internet ?

AR : Jusqu’à présent, je me suis concentré sur mon one man parce que ça représente pas mal de boulot. Justement, les petits teasers que j’ai fait c’était pour faire venir les gens dans ma salle. Les vidéos appelées Les gens pauvres c’était pour Ulule. Mais ça m’intéresse beaucoup de faire des personnages décalés comme ça, en situation d’interview. Il y a un côté Guillaume Gallienne qui faisait ça à Canal+ et aussi Elie Semoun avec Les Petites annonces. Sérieusement, quand j’aurai trouvé un concept qui me plait et une équipe avec moi, je pense que je travaillerai sur de la vidéo de façon plus assidue. Peut-être un concept autour des contes, je ne sais pas…

YH : As-tu d’autres projets ?

AR : Je fais un plateau d’humour avec 4 autres humoristes, ça s’appelle Les Comics (Gérémy Credeville, Karim Duval, François Martinez et Yann Guillarme). D’ailleurs on sera surement au Festival OFF d’Avignon, au Palace, à 22h. Ca va promouvoir nos one man show respectifs et vu qu’on joue et qu’on écrit des sketchs ensemble, il y a un côté famille d’humour. Ca c’est cool ! Après, pour plus tard, le cinéma, le théâtre et le doublage m’intéressent beaucoup. Je n’ai pas envie de jouer uniquement des choses drôles, je suis curieux de tout. Mais pour le moment, je reste concentré sur la scène et mon one man.

© DR

© DR

 

Réservez ici

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>